INFORMER ET COMMUNIQUER

Intervenir afin de faire entendre la voix des femmes incarcérées et sensibiliser à la question carcérale

Le lien que nous conservons parfois pendant plusieurs années avec des personnes ayant été incarcérées sert la cause de cette information car la voix de ces femmes va bien au-delà de la détention. C’est leur parole et leur expérience que nous diffusons.

Par exemple, en 2012 :

Parcours de femmes a été présente sur l’espace public à chaque fois qu’on l’a sollicitée afin d’informer sur la question carcérale. Elle est notamment intervenue :

- Devant une dizaine d’étudiants en éducation spécialisée de l’IRTS de Loos, dans le cadre d’un module sur l’exclusion « Accompagner les personnes en situation de précarité et en situation d’exclusion », le 10 mai.

- Lors d’une journée de conférences et de débats organisée par l’association Point Accueil Oxygène sur le thème « La prévention : quand commence-t-elle? Quand s’arrête-t-elle ? » dans le cadre d’un atelier intitulé « La prévention en prison et même au-delà », le 22 mai (25 participants)

- Devant deux classes de secondes du collège Sainte Claire de Lille dans le cadre d’une matinée de sensibilisation à la citoyenneté, le 12 juin (58 élèves touchés)

- Lors d’une soirée ciné-débat, organisée par le Génépi à l’Univers de Lille : projection du documentaire d’Hélène Trigueros Les résidentes suivie d’une discussion avec le public animée par Parcours de femmes et le Génépi, le 16 octobre (66 spectateurs).

L’association a également organisé ou co-organisé des actions de sensibilisation à destination du grand public :

- Lors d’un ciné-débat qu’elle a organisé, en partenariat avec la ville de Lille, à la gare Saint Sauveur, le 20 janvier : projection, du film de Jean-Pascal Hattu, 7 ans, en présence du réalisateur, suivie d’une discussion avec le public. (122 spectateurs ont assisté à la projection ; près de 90 sont restés pour la discussion qui a suivi).

- Lors des 19èmes Journées Nationales Prison qu’elle a co-organisé dans le cadre du Groupe Local Concertation Prison. Le thème était, cette année, « Prisons : ce n’est pas la peine d’en rajouter. Pour la réduction du recours à la prison et la promotion des peines de remplacement qui font sens ». Projection du documentaire Sous surveillance de Didier Cros, le 26 novembre. Plusieurs œuvres de Dominique Delhaye, extraites de son exposition La salle aux pris, ainsi que des témoignages écrits de personnes détenues, étaient exposés. L’échange qui a suivi la projection réunissait une avocate du Barreau de Lille ainsi que deux anciens détenus. (110 spectateurs).

- Lors d’un temps fort qu’elle a co-organisé avec le Génépi à l’Univers (Lille) sur le thème des nouvelles prisons : exposition de photomontages intitulée La salle aux pris de Dominique Delhaye et projection-débat de deux documentaires de Catherine Réchard (le jour du vernissage : Le déménagement  et lors de la clôture de l’exposition: Une prison dans la ville). Ce projet s’est construit en 2012 mais pour des raisons de disponibilité de salle, il s’est déroulé du 1er au 15 février 2013.

En 2012, près de 333 personnes ont ainsi été sensibilisées et informées.

Accueil de professionnels et d’étudiants

L’association est régulièrement sollicitée par des étudiants de diverses formations, des chercheurs, des journalistes qui s’intéressent à la prison et aux femmes incarcérées. Nous répondons à leurs demandes autant que faire se peut, en les recevant et en les informant mais aussi en relayant leurs demandes de témoignage auprès des femmes avec lesquelles nous restons en contact après la sortie de détention. Nous permettons également d’accéder à notre fond documentaire spécialisé.

Parcours de femmes a reçu 6 étudiants dans le cadre de l’écriture d’un exposé ou d’un mémoire et 3 journalistes dans le cadre de collectes d’informations visant à étayer l’écriture d’articles relatifs à la prison.

L’association a également accueilli une stagiaire :

- une étudiante en Master II sociologie, spécialité Ingénierie des enquêtes en sciences sociales a réalisé un stage de 5 mois à temps complet et a travaillé, sous le tutorat de la coordinatrice de l’association, sur l’étude statistique de l’action de Parcours de femmes.